Publié le 0 commentaires

Chouette ! Transformation d’une peluche en marionnette de scène.

“Hou?”

Voici la bestiole pendant le brainstorming…

Le projet :

  • la rendre un peu plus réaliste, mais pas trop non plus (elle peut faire un peu peur au jeune public, mais juste pour de faux…) ;
  • la rendre plus bleue, puisque c’est la couleur conductrice du spectacle ;
  • et surtout, lui déployer les ailes, pour qu’elle puisse prendre son envol pendant le spectacle (grâce à un système pas encore plus défini que “faire bouger les ailes avec les bras”, le plus “discrètement” possible bien sûr)…

Alors, c’est parti !

Déjà, après quelques patronages et essais pour trouver l’envergure permettant une animation optimale, il a fallu faire DES PLUMES ! Beaucoup de plumes… Quarante-quatre. En tissu, pour rester assortis au reste de la bête, et avec du relief, pour être crédibles et capter les mouvements…
Quatre couches par plume, et une baleine en prime dans toutes celles des bouts des ailes, pour pouvoir les courber élégamment !

Ça en fait, des plumes…

Ensuite… Ben, il a fallut les coudre aux ailes…

… ce qui a parfois un peu bouchonné dans l’espace de la machine à coudre 😀

Des petites touches de fausse-fourrure pour faire une transition délicate entre les plumes textiles et le reste de l’aile…

… Reste de l’aile recouvert lui aussi de fausse fourrure, taillée dans l’épaisseur pour lui donner un relief “plumeux” (poils longs, plumes fines, ça se ressemble au fond…)

Et maintenant, couleur ! D’abord des petits traits sur les grandes plumes, pour donner cet effet “rayé” des plumes de rapaces :

Et puis du bleu ! pour coller au thème ! (et puis un peu de blanc, et de gris, et de noir, et de marron, pour travailler les reliefs, nuancer les couleurs…)

Bon, et notre chouette elle-même, dans tout ça ?
Hébien elle a d’abord reçu une petite opération chirurgicale pour transformer ses “ailes” (en peluche, repliées) en flancs plus aérodynamiques : découdre, retirer le rembourrage en trop, retendre la forme générale, recoudre :

Ensuite, un petit coup de remplumage de ventre avec la pose de notre fausse fourrure “plumeuse” (super facile à coudre sur une peluche, vous imaginez bien…), et quelques fils frangés autour des yeux pour nuancer la tête…

… Et donc bien sûr, ensuite, sculpture sur plumes et peinture sur poils !

Elle a aussi bénéficié d’une petite reprise de bec (trop gros !) et d’oreilles (il parait qu’elle était un peu hibou dans sa jeunesse…), et bien sûr d’un bon coup de maquillage de tête ! 😀

La voilà prête à être raccordée aux ailes, via un espèce de harnais cousu qui va servir de pièce d’articulation et de renfort.

L’ajout d’une bande-ceinture et de boucles pour les bras et les doigts permet l’animation par la marionnettiste, et l’envol futur de notre chouette…
Quel parcours !

Ta-daaaa !

Photo Mathis Leduque
Photo Philippe Hervouet

( Et d’ailleurs, ces petites jupes et corselets sont eux-aussi sortis de l’Atelier ! )

Photo Angele Millet

Merci à l’ensemble les Æquinoxes pour sa confiance ! 🙂